Sol&TIC

 

Sol&TIC, une entreprise du troisième type : Innovante et Solidaire, s’est créé hier !

 

Ils étaient 10 jeunes réunis mardi 16 avril au Restaurant Saveurs Bio, à Toulouse, pour l’assemblée générale constitutive d’une toute nouvelle entreprise vouées aux Technologies de l’Information et de Communication (les fameuses TIC) dédiées à la Solidarité et à l’Innovation.

Créée sous statut associatif, cette entreprise entend tout d’abord répondre à une question simple : Comment peut-on entreprendre autrement tandis que nos concitoyens ont une relation plus que tendue au travail par les temps qui courent.

 

Ils ont entre 25 et 43 ans, se connaissent depuis quelques mois et ont souhaité revisiter la façon d’entreprendre et de travailler dans un secteur d’activité pourtant très dynamique : celui de l’informatique et des TIC.

 

Sol&TIC , réalise donc des prestations informatiques, entendez par là qu’ils conçoivent et réalisent des sites internet et propose des formations dans ce domaine. Leur motivation principale passe par la création de plateformes web innovantes favorisant la mise en lien, la coopération et le partage de services entre les personnes, et la solidarité.

 

Pour se faire, ils s’adressent majoritairement à des clients engagés au service du social, de l’environnement ou du bien commun. Bref, pour des entreprises très soucieuses de ce que l’on appelle la RSE, la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise. Première innovation.

« Il est très important pour nous de refonder la relation client-fournisseur », souligne l’initiateur de Sol&TIC, Laurent Chedanne. Pour cet ex-créateur de start-up internet,

il est indispensable et urgent de recréer du lien, du lien social, solidaire entre les gens, entre les entreprises, et cela ne peut passer selon nous que par le partage de valeurs fortes, l’informatique n’étant qu’un outil au service de ces mêmes valeurs.

 

La seconde innovation réside dans le mode de travail. « Nous avons choisi un modèle de travail ouvert et horizontal. Il n’y a pas de « chef » mais des référents par projets car c’est le seul système qui permette vraiment un travail collaboratif où la parole et la créativité de chacun vont être favorisée et respectée, précise Amélie MASCA, graphiste et webdesigneuse, l’une des premières arrivées dans le groupe.

De façon cohérente, ils ont donc choisi le statut associatif pour créer l’entreprise.  « C’est le seul statut qui permette réellement un fonctionnement démocratique au sein de la structure grâce à un principe simple de gouvernance : une personne – une voix quelque soit son ancienneté, son apport financier ou commercial à la structure, poursuit Aline Bonjour, la juriste de l’équipe.

 

L’innovation suivante n’est pas mince : l’entreprise s’est dotée d’une monnaie interne virtuelle : le « brouzouf » : « Cette monnaie interne, nous permet de développer des projets en commun tout en comptabilisant ainsi l’implication de chacun même si l’on n’a pas encore le financement réel en euros … Là encore la solidarité et la confiance prime. Et ainsi la créativité individuelle ou collective n’est pas freinée, elle est même récompensée ! » ajoute Nicolas Claverie, Développeur web, récemment arrivé depuis Paris.

 

Ensuite pour faire de l’informatique, il faut certes des informaticiens , mais pour satisfaire aux marchés émergents qui visent à répondre à des problèmes sociaux ou environnementaux non résolus, l’équipe accueille aussi des compétences graphiques, juridiques, en facilitation de coopération, en économie sociale et solidaire et en innovation sociale par exemple.

 

La particularité de cette équipe c’est qu’elle est unie autour d’une charte de valeurs très spécifique qu’ils ont eux-même élaborés pendant de longs mois et qui remet l’Homme et la Nature au centre des préoccupations de l’activité de chacun et de l’entreprise. Cette dimension est clé car elle vise ainsi à redonner du sens à l’activité de tous, tout en faisant émerger de nouveaux possibles, puisque le but n’est pas d’abord de faire de l’argent et du code informatique.

L’histoire de cette équipe des fondateurs-trices de Sol&TIC est à cet égard toute à fait singulière car personne n’a été recruté ou ne s’est rencontré dans les forums professionnels des TIC ou autres lieux de la profession, justement ! Le noyau dur de l’équipe s’est ainsi trouvé mis en contact grâce à SOLIDEES, le générateur citoyen d’innovation sociale, qui vise à permettre aux jeunes et aux moins jeunes de créer les activités dont ils ont vraiment envie et besoin autour de la solidarité, du social et de l’environnemental. SOLIDEES met donc en évidence ici son rôle essentiel dans la médiation et la création d’activités nouvelles et innovantes socialement avec l’émergence de Sol&TIC cette semaine.

 

Laurent Chedanne et les 3 autres co-président-e-s de Sol&TIC élu-e-s ce soir,  Amélie Masca, Aïda Youcef et Nicolas Porta se veulent très confiant-e-s pour l’avenir avec déjà de nombreux projets et commandes à satisfaire.

Cette aventure innovante ne fait que commencer et nous suivrons avec intérêt la suite du développement de Sol&TIC.

 

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à prendre contact :

www.soletic.org

www.solidees.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.